L'acceptation est une étape très difficile pour un malade alcoolique.

Accepter que l'on est alcoolique.
L'alcoolique ce n'est pas que le pauvre gars, chômeur, SDF, sur son banc avec son litron de rouge. L'alcoolique peut être aisé, avoir une vie familiale, sociale. Bref, c'est monsieur tout le monde.

Accepter que l'on ne peut plus boire une seule goutte d'alcool.
C'est ce qui a été le plus difficile pour moi. Moi qui aimait le goût de l'alcool et savourer sans modération toutes sortes de breuvages alcoolisés, ne plus jamais y toucher fut une résolution assez pénible . Mais sachant où cela me menait, j'ai dû me résigner non sans un goût amer dans la bouche...

Accepter le regard des autres.
Alors, aussi bizarre que cela puisse paraître, le fait d'arrêter de boire peut déranger certaines personnes notamment des proches. On peut vous regarder avec dégoût lorsque vous avaler des quantités phénoménales d'alcool, mais une fois que vous ne buvez plus une seule goutte on vous regarde également comme un extra-terrestre. Décidément, ils sont fous ces non-alcoolo :o)

Accepter d'être alcoolique à vie.
Bon, un jour à la fois, on ne va pas se prendre la tête avec ça!

Allez, maintenant, dites-moi, ce que vous n'arrivez pas à accepter...