Il arrive que certains se découvrent une consommation excessive d'alcool. Ils se rendent compte que régulièrement ils dépassent les bornes et cherchent un moyen pour retrouver une "consommation normale" d'alcool. Je pense qu'à partir du moment où on se pose la question, il est déjà trop tard, on a franchit la porte de la dépendance.

Mais qu'est-ce qu'une "consommation normale" ?

Une réaction normale face à l'alcool ce n'est pas se focaliser dessus. Boire occasionnellement sans provoquer les occasions et surtout, lors de ces occasions, être capable d'arrêter au bout de quelques verres. C'est-à-dire, savoir arrêter même lorsque l'alcool inhibe la raison. Pour un alcoolique, cette démarche est impossible.

Une réaction normale, c'est de savoir prendre naturellement un jus de fruit lors d'une réception alors qu'il y a beaucoup d'alcool en présence, sans justement se soucier de cet alcool. C'est aussi être capable de ne pas finir la bouteille de vin qui est sur la table alors qu'il reste à peine deux verres dedans.

Pouvoir dire sincèrement après une journée éprouvante: "Non merci, j'ai vraiment pas envie d'alcool", plutôt que: "Juste un petit verre, ça me fera du bien."

Une relation normale avec l'alcool, c'est ne pas être surpris qu'il n'y ait pas d'apéritif avant un repas organisé entre amis ou à chaque repas.

Tous ces comportements, je ne les avais pas et je ne concevais pas de les avoir même lorsque je n'avais pas encore pris conscience de l'importance de ma dépendance.

J'envie toutes ces personnes qui peuvent apprécier un bon verre et s'arrêter. Prendre un bon verre de vin rouge avec le fromage ou un gibier fort, un verre de vin blanc avec une choucroute ou simplement partager un apéritif avec un ami. Pour moi c'était impossible car la bouteille passait largement avant le fromage, le gibier, la choucroute ou la convivialité.

Alors, à ceux qui recherche désespérément une consommation normale, je dis attention car vous semblez avoir passé la porte de la dépendance et je rappelle que cette porte est à sens unique.