Pour un alcoolique, prendre conscience de son problème d'alcool est déjà quelque chose d'énorme. Mais décider d'arrêter de boire, ça peut faire peur.

Certains n'ont connu que l'alcool dans leur vie, ce fut mon cas. Enlevez la bouteille et vous enlevez leur raison de vivre. Pas évident.
D'autres prennent l'alcool comme une fuite. Avec tous les problèmes quotidiens, quel réconfort de se réfugier dans un autre monde que l'on se fabrique soi-même et où les soucis s'envolent pour ne revenir qu'après la gueule de bois.
Et que dire de l'alcool convivial... C'est dingue, y'a toujours quelqu'un pour venir partager un verre avec soi et il y a toujours une occasion à "fêter".

Bref, il faut vraiment être au bout du rouleau pour réellement prendre la bonne décision.

Lorsque je dis à une personne qui se rend compte de sa dépendance: "Il n'y a pas d'autre choix, si tu veux t'en sortir il ne faut plus boire une seule goutte d'alcool". Souvent la première réponse est: "C'est pas possible, comment faire à Noël ou quand les potes vont venir boire un coup à la maison..." L'idée d'abandonner totalement la bouteille fait peur.

Si je conseille de faire un sevrage suivi du médical. Les réticences sont grandes car c'est difficile d'en parler même à un médecin. Et pourtant, c'est très important car le sevrage peut être très dangereux. Je suis moi-même un miraculé du sevrage car le delirium est souvent fatal lorsqu'il intervient sans assistance médicale. Je remercie une nouvelle fois Dieu d'avoir gardé un oeil sur moi.

Bref, c'est une décision difficile à prendre mais quel est le prix de votre vie?
Celui d'un verre de trop entre amis qui vous oublieront vite si vous ne buvez plus, celui d'un orgueil mal placé car on ne veut pas en parler malgré le risque de mourir ou celui d'une fuite de la réalité qui est pourtant toujours présente?

Alors, si vous souffrez, si vous en avez réellement marre, si vous voulez vraiment vivre, prenez la bonne décision, celle d'arrêter de vous empoisonner. Et ne vous occuper pas de ce que pensent les autres, si ils vous aiment, ils vous soutiendront, sinon, et bien laissez-les penser ce qu'ils veulent.

Pensez à vous et prenez cette bonne décision!